Sagesse des contes

jeudi 27 août 2015
par  Danielle
popularité : 39%

Les gros cailloux

  • Mes enfants, dit le professeur, je vous propose aujourd’hui une nouvelle expérience. Il pose sur son bureau un grand vase de verre et un panier rempli de cailloux, gros comme des oranges. L’un après l’autre, il les pose dans le vase jusqu’à ras bord.
  • Le pot est-il plein, les enfants, demanda-t-il ?
  • Oui, répondent en choeur, tous les enfants.
  • Le croyez-vous vraiment ?

Il sort de dessous la table un seau de gravillons. Il les verse sur les cailloux. Tous les gravillons s’infiltrent parmi les gros jusqu’au fond du vase et grimpent peu à peu au ras du col.

  • Le pot est-il plein, maintenant ?

L’expérience les amuse. Ils ont compris et ils crient que non et qu’on peut y ajouter du sable. Le professeur en sort un sac qu’il répand sur les graviers et les cailloux, puis il s’époussette et demande :

  • Que nous dit cette expérience ? Réfléchissez bien les enfants.

Dans la salle de classe, silence et regards éveillés.

  • Elle dit ceci : les gros cailloux doivent être mis les premiers. Vous ne pourriez pas les placer après les graviers et le sable. Ma question est donc celle-ci : pour vous, dans votre vie, quels sont les gros cailloux, les choses les plus importantes ? Votre famille ? Vos amis ? Réaliser vos rêves ? Apprendre ? Quoique vous choisissiez, ils sont prioritaires. Si vous faites passer avant, le sable et les graviers, bref les petites choses, vous n’aurez plus assez de place, plus assez de temps pour les grandes et vous passerez à côté de votre vie. Enfants, demandez-vous : "Quels sont mes gros cailloux ? Que chacun trouve sa réponse !

**********************************


Les trois conseils du rossignol.

Un homme captura, un jour, un rossignol. (C’était aux temps où les oiseaux parlaient).

  • Homme, vois comme je suis maigre, pépia la bête menue. Je ne peux apaiser ta faim. Par contre, si tu me libères, je te donnerai trois conseils. Et n’aie pas peur que je te trompe. Je te confierai le premier ici même, au creux de ta main.
  • D’accord, dit l’homme. Je t’écoute.
  • Quoique tu perdes, ami, ne le regrette pas. Même le bien le plus précieux, dès qu’il est perdu, oublie-le. Maintenant, laisse-moi aller, je te donnerai mon deuxième conseil. L’homme ouvrit sa main. L’oiseau s’envola et s’ébouriffa. Il lui lança :
  • Imagine que l’on te dise une étonnante énormité. Réfléchis. Avant de la croire, attends donc qu’elle te soit prouvée.
  • C’est le bon sens même, dis l’autre. J’attends ton troisième conseil. Tu l’as promis, tu me le dois. L’oiseau partit d’un rire frêle. Il se percha sur une branche et, le bec au ciel, répondit :
  • J’ai sous mes plumes deux diamants qui pèsent huit livres chacun. Si tu m’avais tué, bonhomme, ils seraient à toi maintenant ! L’autre tomba, le cul par terre, ragea, rugit, tendit le poing.
  • Pauvre homme, pépia l’oiseau, là-haut, dans les plus hauts feuillages. Voilà que tu regrettes déjà ces diamants que tu as perdus. Et tu crois à cette absurdité ? A quoi bon donner des conseils ? Comment moi, qui ne pèse rien, pourrais-je porter deux joyaux quinze fois plus lourds que mon corps ? Qui croit savoir ne peut entendre. Adieu, retourne à tes folies !

Et il s’envola dans un joyeux battement d’ailes.

**************************

Le papillon

Entre deux branches d’arbre, dans un creux, un cocon. Un homme l’observe. Il devine une ouverture minuscule dans cet œuf qui ressemble à un ongle d’écorce. Un papillon, bientôt, va naître.
L’homme le voit qui s’insinue par ce trou trop menu pour lui, et qui s’efforce, et qui s’échine, un millimètre après l’autre, et qui semble tant s’épuiser qu’il s’arrête, à demi sorti.
« La pauvre bête n’en peut plus, se dit l’homme, je vais l’aider ». De la pointe de son canif, il élargit la porte étroite. Le papillon, d’une poussée, vient au monde enfin, se délivre, mais son corps est gonflé, pesant et ses ailes sont trop petites, elles paraissent ratatinées. L’homme pense qu’elles vont bientôt se déployer et que ce ventre qui se traîne, obèse, disgracieux, va perdre ce poids qui l’encombre. Mais non, le papillon est informe à jamais.

L’homme ne savait pas que l’insecte pour vivre avait besoin de son combat. Que son effort exténuant contre l’exiguïté du seuil poussait le liquide du corps vers les ailes encore chétives pour leur donner leur force, leur exacte beauté, leur juste dimension.
Il avait cru bien faire, comme nous qui voulons aplanir les obstacles devant les pas de nos enfants. Ils n’en seront pas plus heureux et risquent de devenir infirmes. La loi de nature le dit.

********************************

Le reflet

Cet homme-là s’aimait beaucoup. Et comme il était fortuné, pour se contempler à son aise, il avait fait dans son palais tapisser de miroirs sa chambre secrète, jusque sous le lit. Il s’y enfermait tous les soirs, s’y faisait des mines royales et s’admirait, face et profil, et souriait à son image. Il s’estimait beau et s’en trouvait ragaillardi.
Un matin, il quitta les lieux en laissant la porte entrouverte. Son chien entra, vit d’autres chiens. Il renifla. Ils reniflèrent. Il aboya. Ils aboyèrent. Furieux, il se rua sur eux. Les batailles contre soi-même sont les plus féroces qui soient. Le chien mourut, exténué. Le maître, désolé, ordonna qu’on mure cette maudite porte. Or un derviche passa ce jour-là par chez lui.

  • Ce lieu peut beaucoup vous apprendre, lui dit-il, laissez-le ouvert !
  • Comment cela ? lui dit l’homme.
  • Le monde est comme vos miroirs. Il est neutre. Il renvoie, fidèle, l’image que nous lui offrons. Soyez content, le monde l’est. Soyez anxieux, il l’est aussi. Dans chaque être, dans chaque instant, insupportable ou bienheureux, nous ne voyons rien du dehors. Nous ne voyons que notre image. Allez consulter vos miroirs et comprenez ce qu’ils vous disent. Alors toute peur, tout refus, tout combat, s’en iront loin de vous.

Contes choisis dans " Petits contes de sagesse pour temps turbulents" Henri Gougaud.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 18 septembre 2016

Publication

59 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

10 aujourd'hui
21 hier
25514 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté