Des petits pas … pour améliorer sa vie.

lundi 31 août 2015
par  Danielle
popularité : 52%

Le premier jour de l’an, c’est le temps des bonnes résolutions mais pas seulement ce jour-là de l’année… A chaque début de saison, au moment de la reprise du travail ou le jour de son anniversaire, il nous vient qu’il faudrait apporter des changements dans notre vie pour être plus heureux au quotidien, nous sentir mieux avec nous-mêmes et notre entourage. Par exemple, il faudrait arrêter de fumer ou faire plus de sport, perdre quelques kilos, mieux organiser notre temps entre la famille et le travail, voir plus souvent nos amis ou moins se fâcher avec nos collègues ou nos proches. Pourquoi ces bonnes intentions restent-elles souvent lettres mortes alors qu’elles nous semblent essentielles pour vivre mieux ?


On veut souvent aller trop vite et trop fort !
Apporter un changement radical à notre vie : ne plus fumer du jour au lendemain, pratiquer plusieurs séances de sport par semaine (natation, footing et yoga), supprimer en même temps le sucre, le pain et les matières grasses de notre alimentation, organiser un grand rassemblement d’amis, être gentil avec tout le monde. On s’épuise vite à vouloir tout changer en même temps et l’effet boomerang se fait vite sentir : on craque et on refume, on mange et on se remet en colère…

Alors, pas d’issue ? Il en existe au moins une, c’est celle des tous petits changements successifs que l’on peut installer de manière progressive et garder sur le long terme. Car notre cerveau n’aime pas le changement qu’il interprète comme un danger et c’est pour lui une source de stress. Alors il nous protège et lutte contre les changements qu’on veut lui imposer. Cette réactivité du cerveau nous empêche également d’être innovant, créatif, d’aller aisément vers toute transformation qui nous mène dans des territoires inconnus. En apportant de tous petits changements à notre manière de vivre ou de réagir, nous habituons peu à peu notre cerveau à ces transformations. Nous ne déclenchons pas de réactions de fuite ou de panique. Nous pouvons avancer d’un petit pas vers notre objectif, même si cette avancée nous semble au départ ridiculement insignifiante. Quand ce petit changement sera totalement accepté par notre cerveau, nous pourrons apporter un autre petit changement et ainsi de suite. Si nous avons envie de perdre quelques kilos que nous trouvons disgracieux et qui nous empêchent d’avoir une bonne image de nous, nous pouvons continuer à manger comme nous en avons l’habitude (ne pas affoler notre cerveau) mais en supprimant pendant une semaine la petite friandise (carré de chocolat ou viennoiserie) que nous nous offrons à la pause café. En répétant ce changement sur plusieurs semaines, notre cerveau s’habituera et ne réclamera plus cette petite douceur réconfortante. Ce changement opéré, nous pouvons passer à l’étape suivante, faire un nouveau pas vers l’atteinte de notre objectif. Par exemple, nous pouvons décider de manger plus lentement en mâchant bien pour ne pas avoir envie de nous resservir sans crainte d’avoir peur d’arriver affamé au repas suivant et de nous jeter sur la nourriture. Et ainsi de suite… Chaque changement s’installe sur plusieurs semaines. Trop de précipitation vouerait à l’échec notre possibilité de changement. En amour ou en amitié, de même, les tous petits gestes positifs apportent plus de qualité à nos relations affectives que les grandes déclarations que nous ne pouvons pas répéter chaque jour. Les petites attentions quotidiennes améliorent en profondeur la relation amoureuse.

Le principe du changement par petits pas change durablement notre comportement car ces changements semblent aller de soi et ne sont plus perçus comme imposés. Nous ne nous sentons pas contraints de changer dans une espèce de lutte contre nous-mêmes, contre nos habitudes qui nous rassurent. Cette méthode de changement appelée Kaizen nous vient du Japon. Kaizen signifie « amélioration continue » et cette philosophie du changement a d’abord été testée dans le domaine de l’entreprise. Robert Maurer (1) l’a préconisée avec succès à des personnes désireuses de changement dans leur vie. Afin d’atteindre un objectif de vie qui nous semble souvent au-delà de nos possibilités, il nous propose de fragmenter les grands transformations que nous désirons apporter à notre vie en micro-changements que nous installons très progressivement sans jamais avoir peur d’aller trop lentement. Un changement même minime sur la durée vaut mieux qu’un bouleversement total de notre mode de vie qu’il nous sera impossible de pérenniser.
Alors, bon changement dans la lenteur. Et prenons du plaisir à reconnaître tous ces petits changements qui nous apporteront beaucoup de joie et de satisfaction et qui nous mènent plus sûrement vers la réalisation de nos nouveaux objectifs de vie !

(1) Robert Maurer est professeur associé à l’école de médecine de l’université de Los Angeles. Il enseigne également la santé du comportement à Tucson (Arizona). Il a apporté une approche innovante du bonheur et de la réussite personnelle à des publics aussi divers que des entreprises, des patients hospitalisés et des équipes médicales, des compagnies théâtrales, et a été consultant auprès du gouvernement britannique. Il a écrit : Un petit pas peut changer votre vie : la voie du Kaizen, Ed Anne Carrière, 2006.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 18 septembre 2016

Publication

59 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

2 aujourd'hui
16 hier
26089 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté